gs1-neton-header-09.jpg

La place de marché de l’avenir

Suivant sa stratégie et le marché, GS1 Suisse se penche sur les évolutions actuelles du commerce électronique et identifie cinq champs d’action principaux. L’objectif est de continuer à développer le système GS1 et les processus à l’ère du commerce électronique.

(vkw/ss/tl) Au cours de la dernière décennie, le commerce électronique a gagné des parts de marché dans de nombreux secteurs de marché du commerce. La croissance du commerce électronique est dynamique, de nouveaux acteurs apparaissent sur le marché. Cependant, à cause de la forte dynamique, on ne sait pas encore à quoi ressembleront les processus et les solutions en collaboration au sein des réseaux de création de valeur à l’avenir. Dans le cadre de la stratégie de l’association, le commerce électronique a été maintenu en tant que l’un des thèmes principaux du domaine d’activités Collaborative Supply Chains (CSC).

Feuille de route sur le commerce Électronique
Pour pouvoir aborder les défis dans le domaine du commerce électronique dans les années à venir, GS1 Suisse a rédigé un livre blanc sur le commerce électronique. Le document pose un éclairage sur le thème du commerce électronique du point de vue Business- to-Consumer (B2C). Il fournit une vue d’ensemble sur les évolutions actuelles dans le commerce électronique et en déduit les champs d’action pour GS1 Suisse. Le livre blanc est basé principalement sur l’analyse de différentes études, d’articles de journaux spécialisés ainsi que de publications de GS1 Suisse et GS1 global et le Consumer Goods Forum (TCGF).

Cinq champs d’action jusque 2016
Suivant les évolutions dans le commerce électronique, GS1 Suisse se confrontera avec les thèmes de la distribution physique, la conception de gammes, l’information sécurisée du client et les prestations de services. La feuille de route présente cinq champs d’action concrets et propose au besoin une aide correspondante.

Logistique inter-canaux
Les limites entre le commerce statique et le commerce en ligne ont disparues pour la plupart. Il est vrai qu’il existe une multitude de systèmes multicanaux différents, qui demandent une bonne coordination avec le canal de la part du revendeur, mais qui posent de grands défis à la logistique en ce qui concerne le réseautage des différents canaux. Les recommandations de processus à venir prendront encore davantage en compte les conditions modifiées du marché et les nouveaux modèles d’affaires. Pour que la logistique intercanaux nécessaire puisse être mise à disposition, qui relie si possible sans interruptions les standards et solutions GS1 existants, GS1 Suisse offre l’assistance nécessaire.

Dernier mile
Par dernier mile nous désignons le dernier bout de chemin jusqu’à la porte de l’appartement. Le dernier mile est très important pour la logistique, parce que la marchandise est encore difficile à empaqueter sur le dernier bout de chemin vers le client. Les services de courrier, express et de colis se confrontent de façon intensive avec l’organisation des derniers miles et développent de nouveaux concepts. GS1 Suisse peut intervenir et apporter son soutien dans la recherche de solutions et mettre à disposition les moyens et méthodes adaptés. Sur la base de standards homogènes, des solutions seront élaborées et documentées à la table ronde pour concevoir l’organisation des derniers miles de façon durable et efficace.

Gestion des catégories
Au cours des dernières années, le processus de gestion des catégories dans le commerce statique s’est développé en un processus standard dans l’économie suisse des biens de consommation. La base ici est le processus en huit étapes. Du point de vue des consommateurs, l’offre pour le canal en ligne doit également être gérée au-delà des canaux et elle a une importance fondamentale dans une gestion moderne des catégories. Pour cela, de nouveaux processus doivent être définis et les missions et les responsabilités doivent être redistribuées. GS1 Suisse va renforcer ses compétences dans ce domaine, qui parallèlement au canal statique, sont de plus en plus utilisées dans les examens de la gestion des catégories du canal en ligne. Le processus en huit étapes propose une base qui doit être adaptée sur l’arrière-plan des conditions cadres spécifiques dans le domaine du commerce électronique.

Source de données fiable
Par le règlement de l’UE 1169/2011, une directive entre en vigueur l’an prochain qui concerne dans une mesure particulière le thème des données de base des produits alimentaires dans la vente à distance, par exemple via le commerce en ligne. Pour satisfaire aux demandes du règlement pour des informations de haute qualité, GS1 Suisse a développé la structure d’une banque de données neutre afin que les données du produit soient rendues disponibles avant la conclusion du contrat d’achat. Dans une première phase, la source de données fiable GS1 s’est limitée aux informations fondamentales et descriptives du produit ainsi qu’à un nombre limité d’informations nutritionnelles pour les aliments préemballés et les boissons. Un grand nombre de ces données sont déjà échangées dans le secteur du B2B via le GS1 Global Data Synchronization Network (GDSN). Il est donc possible de recourir à des structures éprouvées et il n’y a pas de travail supplémentaire inutile pour les propriétaires des marques.

Retours
L’importance croissante du commerce électronique, le taux de retours en augmentation qui est lié et leur traitement logistique placent de nombreux participants au marché devant de grands défis. Différentes prestations sont fournies pour le traitement des retours, qui engendrent des coûts logistiques importants. La durée variable de traitement des retours laisse à penser qu’il n’existe pas encore, dans de nombreuses entreprises, de gestion standardisée des retours. Il est vrai que beaucoup d’entreprises ont détecté le potentiel, mais la mise en application de processus efficaces pour les retours ne se fait pas toute seule. L’utilisation de standards homogènes aussi bien que des définitions claires de processus, comme ceux que GS1 Suisse peut mettre à disposition avec le système GS1 et l’approche collaborative, sont des moyens potentiels pour améliorer les flux de matériaux et d’information.

Processus de consolidation en cours
Le livre blanc sur le commerce électronique a été envoyé aux instances GS1 concernées et à des experts sélectionnés début avril 2013. Actuellement, le domaine d’activités Collaborative Supply Chains (CSC) évalue et concentre les retours reçus. A l’issue des travaux de consolidation, le livre blanc sera voté par les instances de GS1 Suisse et publié. Les travaux complémentaires pourront alors commencer rapidement.

Valentin Wepfer
Silje Sartori
(Traduction: Thierry Loncle)

Nach oben